Chroniques | Je ne comprends pas

alex_bilodeau_jdem_blanc

Alain Bergeron du Journal de Montréal a recueilli les propos d’Alexandre.

Je ne veux plus m’éterniser sur la polémique survenue à Calgary, mais mon entraîneur et moi continuons de nous gratter la tête. On ne comprend pas ce que je devrai faire de mieux pour plaire aux juges.

Je tiens d’abord à préciser que ma déception exprimée après ma deuxième place à Calgary n’a rien à voir avec la victoire de Mikaël Kingsbury. Je n’ai jamais voulu insinuer que Mikaël ne méritait pas les points qu’il a obtenus. Il ne se fait pas donner ses victoires. Il les skie et il les mérite.

Je me suis d’ailleurs assis avec Mikaël pour clarifier la situation. Il sait très bien que ce n’est pas lui qui est en cause. Même qu’on s’est répété que notre rivalité sur la piste est extraordinaire pour notre sport. Il faut continuer à donner ce spectacle.

Je comprendrais si ça se terminait toujours par un pointage très serré entre lui et moi. Après tout, nous pratiquons un sport jugé. Mais que je termine toujours à 0,5 point de lui? Une différence de 0,5 point dans notre sport, c’est une marge énorme. Je ne comprends pas.

Valait mieux me taire

Si j’ai convenu de ne pas participer à une conférence téléphonique qui était prévue après la course, c’est parce que je voulais prendre du temps pour ventiler. Je ne suis pas du genre à m’exprimer et ensuite à le regretter. Il valait mieux pour moi ne pas parler. J’ai alors réagi en me disant que je dois continuer à contrôler ma propre destinée plutôt que ce qui est hors de mon contrôle.

Je suis content de mon ski depuis le début de la saison, mais on dirait que le traitement que je subis de la part des juges a débuté à la première course de la saison en Finlande et que ça remonte même à l’an dernier.

[…]

Lire la suite de l’article sur le Journal de Montréal

bilodeau