Chroniques | Salut à la relève

alex_bilodeau_jdem_blanc

Alain Bergeron du Journal de Montréal a recueilli les propos d’Alexandre.

La Fédération québécoise de ski acrobatique a eu une belle initiative récemment en mettant en valeur l’équipe du Québec en vue de la prochaine saison.

Je trouve exceptionnel que le conseil d’administration et la nouvelle présidente de la Fédération, Christine Lamoureux, aient ainsi pris les devants. Je ne veux pas embarquer dans un débat, mais notre association canadienne n’en a pas fait autant.

Grâce à cette activité de la Fédération québécoise, qui avait fait appel à la firme National, plusieurs médias y ont participé, ce qui a valu une belle visibilité aux jeunes des différents programmes. Bravo, puisqu’il s’agit de l’avenir de notre sport après tout.

Possible de rêver

La saison de chacun de ces skieurs de la relève est aussi importante que la nôtre l’est pour nous. Je me souviens à l’époque que j’avais les mêmes objectifs qu’eux aujourd’hui. Je faisais partie de l’équipe du Québec, puis je visais à accéder à l’équipe nationale, pour ensuite obtenir mon premier podium en Coupe NorAm.

Le financement de la Fédération est aussi important aujourd’hui. C’est souvent quand les skieurs atteignent l’équipe du Québec que ça passe ou que ça casse pour leurs familles.

Ces jeunes peuvent espérer progresser rapidement. Quand je regardais les Jeux olympiques de 2002 à la télé, je n’étais pas encore dans l’équipe du Québec, mais j’ai pourtant participé aux Jeux à Turin quatre ans plus tard. Oui, j’ai eu une croissance rapide, alors ça montre qu’il est permis à certains de ces jeunes de rêver déjà aux Jeux de 2018.

Ça me rassure de voir que la Fédération d’où je viens s’est prise en main. Il y a quelques semaines, le commentateur Scott Russell, de CBC, s’est adressé à des étudiants en marketing du sport à l’Université Concordia. Il leur disait que lorsqu’il reçoit en entrevue un champion du monde ou un champion olympique et qu’il ne connaît pas son parcours, il avoue ne pas avoir fait son travail.

Ça décrit bien l’importance pour un sport de s’efforcer à bien mettre en valeur ses athlètes.

[…]

Lire la suite de l’article sur le Journal de Montréal

bilodeau