Chroniques | Un Noël tranquille

alex_bilodeau_jdem_blanc

Alain Bergeron du Journal de Montréal a recueilli les propos d’Alexandre.

Je reviens d’un séjour de plus de deux semaines à Ruka, dans le nord de la Finlande, ce qui m’a permis de m’imprégner un peu de l’esprit de Noël et du temps des Fêtes.

Là où nous étions, c’était assez facile de trouver une ambiance de Noël. Les gens proclament avec fierté que le village officiel du père Noël se trouve à environ une heure de Ruka. On va le croire puisque nous étions près du cercle arctique polaire. Et en plus, ce ne sont pas les rennes qui manquent dans la région!

La fête de Noël ne veut pas dire pour autant que ce sera congé pour moi. Après une première course maintenant terminée, le travail ne fait que commencer. Je ne peux pas me permettre beaucoup de temps de repos, ni faire trop d’abus.

Une course déjà le 4!

Il a d’abord fallu que je passe mon examen de fin de session à l’université Concordia, cette semaine. Le résultat de cet examen dans mon cours de comptabilité compte pour 80 pour cent de ma note finale, alors il y a quand même un petit stress de bien réussir.

À moins de deux mois des Jeux olympiques de Sotchi, ma période des Fêtes ne sera pas différente de celles des années précédentes. Nous avons toujours eu des courses tôt en janvier, alors je suis habitué à ne pas prendre de long répit et à me remettre vite en mode compétition.

Même que ça va relancer plus rapidement, cette année. Habituellement, nous avions une course autour du 8 janvier, mais cette saison, ce sera encore plus tôt puisque celle de Calgary aura lieu le 4 janvier.

Donc, c’est sûr que le 1er janvier va se passer pour moi à Montréal. Ce sera bien tranquille aussi parce que je prends l’avion le 2. Il est déjà prévu qu’on skie le même jour qu’on arrivera à Calgary. Ce sera important pour moi que de ne pas faire de folies durant les Fêtes parce que, avec cinq Coupes du monde en trois semaines durant le mois de janvier, je dois éviter d’accumuler de la fatigue que je risquerais de traîner jusqu’à Sotchi.

[…]

Lire la suite de l’article sur le Journal de Montréal

bilodeau